Tout sur l’haltérophilie

L’haltérophilie est une activité physique qui nécessite fondamentalement la force des membres supérieurs ainsi qu’inférieurs du corps. Ce sport olympique consiste à soulever les poids les plus lourds possibles avec des techniques appropriées pour gagner la compétition. Il existe deux sortes de mouvements en haltérophilie : l’arraché et l’épaulé jeté.

L’arraché

L’arraché consiste à soulever la charge au-dessus de la tête en tendant rigidement les bras avec un dynamisme remarquable. Le dos doit être bien fixé et les épaules en avant de la barre à soulever. Parmi ces principes, le tibia doit être au contact de la barre et il faut ajuster la tête verticalement. Ceci exige de la force naturellement, mais n’oublions pas aussi la vitesse qui permet à l’haltérophile de se positionner rapidement sous la barre pour réaliser le mouvement proprement dit.
La première phase consiste à soulever la barre jusqu’aux genoux et frôler le tibia. La phase de transition ou d’ajustement se procède par le positionnement de la barre qui se situe au trois quart de la hauteur des cuisses. L’athlète se prépare pour le deuxième tirage qui est la phase d’extension finale. Pour ce faire, le redressement brutal est définitif pour bien ajuster le corps verticalement. La phase délicate du mouvement de l’arraché se manifeste comme suit : décollement des pieds, reprise d’appui au sol des pieds, amortissement des membres inférieurs, position basse du corps, et l’ultime phase c’est le rebond et la stabilisation du corps et de la barre.

L’épaulé jeté

Pour l’épaulé jeté, le premier tirage est identique à l’arraché. Pendant la phase de transition, la barre se localise à mi cuisses. Les poids à soulever sont plus lourds donc la vitesse est peu considérable. Au deuxième tirage qui est la phase d’extension finale, dès le pubis on accélère la montée de la barre. La barre atteint la vitesse maximale lors de l’ajustement vertical. La barre doit être amenée aux clavicules. Reprise de l’appui au sol, flexion complète et dos vertical, le rebond se manifeste aisément en se tenant bien droit pour se préparer à la phase ultime qui est la jetée. La tête se dégage vers l’arrière, les membres supérieurs effectuent la jetée avec une vitesse maximale. Pendant ce temps, des pieds se fléchissent en croisée vers l’arrière. Lorsque la barre se trouve à sa hauteur maximale, les membres inférieurs se redressent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *